22C chemin de l'Espérance, 25000 BESANCON - Tél : 03 81 50 18 19


Élagage : choisir un professionnel


Communiqué de presse

 Paris, le mardi 27 octobre 2015

Élagage/ Travail illégal/Législation/Sécurité

Élagage : les critères pour choisir un professionnel garantissant sécurité et qualité

L’élagage est une activité très particulière et relativement dangereuse qui nécessite de bien maîtriser de nombreux paramètres et règles de sécurité : l’Union Nationale des Entreprises du Paysage conseille aux clients de ne recourir qu’à des professionnels rigoureusement formés et maîtrisant à la fois la connaissance des arbres (botanique, biologie, résistance mécanique, parasites, etc.) et les règles sécuritaires de travail en hauteur.

Statut : les entreprises de SAP, les autoentrepreneurs et le travail au noir sont à proscrire

Lorsqu’un particulier fait appel à un prestataire pour des travaux d’élagage, il doit être vigilant sur plusieurs points pour être dans la légalité et être sûr d’obtenir un travail de qualité.

Tout d’abord, le statut de l’entrepreneur doit être connu car tous ne sont pas compatibles avec une activité d’élagage. C’est le cas des entreprises de services à la personne (SAP) : les activités d’élagage n’entrent pas dans le cadre des petits travaux de jardinage. Les autoentrepreneurs ne peuvent pas, pour leur part, réaliser d’activités liées au paysage et à l’entretien des parcs et jardins, ce qui exclut l’élagage des services qu’ils peuvent proposer. Enfin, le travail au noir reste à proscrire pour des questions évidentes de sécurité.

Méthodes de travail : sécurité, secourisme et travail en équipe impératifs

Un élagueur doit être formé sur deux aspects indissociables de son métier :

- les moyens de monter dans l’arbre en toute sécurité,

- l’organisation des secours.

La loi précise également qu’un élagueur n’a pas le droit d’intervenir seul pour des raisons de sécurité. En effet, il peut, une fois dans l’arbre, se trouver dans une situation ne lui permettant pas de redescendre seul : malaise, blessure, piqûres d’insectes, etc. Il doit donc être impérativement accompagné d’un autre professionnel formé au secours et capable de monter chercher l’élagueur blessé dans l’arbre. Le client ou une personne tierce ne peut pas se substituer à ce professionnel. Dans le cas où l’élagueur est un travailleur indépendant, il doit donc s’associer à un autre indépendant qualifié qui sera présent pendant les travaux.

Il revient au client de vérifier tous ces points avant de s’engager dans des travaux d’élagage. L’Union Nationale des Entreprises du Paysage recommande de ne recourir qu’à des professionnels formés pour éviter que la responsabilité du client ne soit engagée en cas de problème.

Savoir-faire : des professionnels aux qualifications optimales

Le client est en droit d’exiger les diplômes et attestations de formation des intervenants ainsi que ses assurances. Les entreprises du paysage qualifiées en élagage emploient des professionnels formés au secourisme et aux techniques de travail en hauteur. En outre, les professionnels ont l’expertise et les connaissances leur permettant de réaliser un diagnostic rapide de l’arbre afin de conseiller leurs clients sur le mode d’intervention le plus adapté. Les élagueurs professionnels interviennent ensuite dans le respect des règles de sécurité et des règles de l’art.

Celles-ci sont décrites dans la règle professionnelle « Travaux d’entretien des arbres », rédigée par des professionnels et téléchargeable gratuitement sur le site de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage. Ce document permet au client d’être parfaitement informé de la nature des interventions, il peut servir de base de dialogue avec le professionnel qu’il aura choisi.

Sur les 7 400 actifs qui réalisent des travaux d’élagage, plus de 66 % d’entre eux sont titulaires d’un Certificat de Spécialisation (CS) en élagage, appelé « Taille et soins aux arbres ». S’il garantit une expertise encore plus pointue, ce diplôme n’est cependant pas obligatoire pour exercer.

Les qualifications QualiPaysage peuvent également être présentées par l’élagueur. Elles attestent que les moyens humains et financiers de l’entreprise sont en adéquation avec les besoins du client. Les qualifications E140, E141 et E142 sont spécifiques à l’élagage et chaque niveau de qualification requiert notamment un niveau de formation minimum d’un ou plusieurs salariés.

Quelques rappels sur la législation

Les travaux d’élagage sont soumis à la réglementation générale sur les travaux en hauteur. Il y a quatre textes de référence :

 Le décret du 1er septembre 2004, qui s’applique à tous les travaux en hauteur et interdit notamment le travail isolé.

 L’arrêté du 4 août 2005, spécifique à l’élagage, qui autorise l’utilisation d’une seule corde et stipule que l’élagueur est soumis à une obligation de formation sur différents points relatifs à sa sécurité et à celle des autres travailleurs.

 La circulaire du 27 juin 2007 qui préise les modalité d'application de ces textes.

 Enfin, le décret du 10 octobre 2008, qui rend obligatoire l’application des dispositions des textes précédents aux travailleurs non-salariés tels que les chefs d’entreprises et les travailleurs indépendants. C’est donc notamment le cas de l’obligation de formation et de l’interdiction du travail isolé.

Pour plus d’information sur l’élagage, rendez-vous sur le site de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage

À propos de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage www.lesentreprisesdupaysage.fr

L’Unep est la seule organisation professionnelle représentative des 28 600 entreprises du paysage reconnue par les pouvoirs publics. Ses missions consistent à défendre et promouvoir les intérêts de la profession, et à informer et aider ses adhérents (70 % d’entre eux ont moins de 10 salariés) dans leur vie d’entrepreneur. Son organisation en unions régionales lui permet d’entretenir des relations de proximité avec ses adhérents.

Les engagements de service de l’Unep sont certifiés selon le référentiel Quali’OP d